Aller au contenu

UN GARDIEN ENCAISSE 43 BUTS DANS UN MÊME MATCH… ET SE FAIT ARRÊTER PAR LA POLICE !

Ceux qui se sont lassés d’un football moderne devenu trop lisse et prévisible se tournent souvent vers les échelons amateurs. Mais en Allemagne, une affaire, révélée par le site Express.de, leur offrira peut-être un peu trop de suspense d’un seul coup ! L’histoire commence le 11 septembre dernier, date d’un match de niveau régional entre le SV Vonderort et le PSV Oberhausen. La première de ces deux équipes, composées en grande partie de réfugiés syriens, irakiens ou guinéens, évolue à domicile, mais ne dispose alors que de huit joueurs . La rencontre tourne vite à la correction : 0-35 à la pause, et 0-43 score final. Mais, au-delà de ce record de buts, c’est le sort du pauvre gardien les ayant encaissés, Marco Kwiotek, qui a suscité toute l’attention.
« Nous sommes dans le noir »

Cinq jours plus tard, le portier de 25 ans a en effet la mauvaise surprise de voir deux voitures de police débouler au beau milieu de la séance d’entraînement pour le conduire au commissariat. « Ils veulent éclaircir certaines choses », a-t-il alors tout juste le temps de glisser à ses partenaires avant d’être embarqué. Depuis, plus rien. Ou presque. Selon le site allemand, dont un reporter était présent ce jour-là, Kwiotek a été relâché peu de temps après son arrivée au commissariat local. Mais il n’a plus donné de nouvelles depuis.

« Nous sommes dans le noir, lâche le manager du club Christian Schröer, sollicité par le quotidien anglais The Sun. La police ne nous dit pas ce qui s’est passé. Et on ne parvient pas à joindre Marco sur son mobile. » À partir de là, plusieurs hypothèses. Soit la police le soupçonne d’avoir pris part à des paris illégaux en encaissant volontairement ces 43 buts. Soit c’est son statut de réfugié qui pose question. Soit c’est encore autre chose. Il se pourrait également que la police ne l’ait pas du tout relâché. Ou qu’il ait pris la fuite de crainte d’une nouvelle arrestation, qui le priverait plus longtemps de sa liberté. En tout cas, le SV Vonderort pourrait bien n’aligner que sept joueurs au prochain match. Le strict minimum autorisé par les règlements.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *